Septembre 2016, parution de mes textes chez Littérature mineure.

En vente sur le site : litteraturemineure.bigcartel.com.

Participation au dernier salon du dessin contemporain, Art Paper 2019

 Présentation d’une série dite "Atelier"  - 10 dessins de 40x30cm - crayons, calque.

image0.jpeg
image0 (1).jpeg

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sang Lagunaire, nouveau texte édité par Marie Laure Dagoit

https://www.maisondagoit.com/product/christine-celarier

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 Galerie 28, rue Burdeau Lyon 1er - Exposition collective "Outremer"

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Prochaine Exposition "CORPS 1"

 

Avec

 Francis Olivier BRUNET - Christine CELARIER - Michel CHARPENTIER - Delphine CARAZ                             Secrètes Savonnettes, Marjolaine LARRIVE - Patrick LOSTE 

  Joël Peter WITKIN, en complicité avec la Galerie Baudoin Lebon - Paris

 
                                                            

A La Grande Galerie du 20 mai au 16 juillet 2017

Vernissage le 20 mai

Toutes les informations sur le site: lagrandegalerie.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l'exposition « Corps 1 », trois de mes dernières œuvres.seront visibles :

     Une installation. « Une infinie tendresse » évoque l’animal et l’humain dans une relation équivoque entre le sommeil et la mort où « le temps retient son souffle » comme l’écrit Catherine Perrier dans un texte de présentation.

     Une série. « Miserere » évoque l’homme confronté à la souffrance d’un exil obligé.

Dans l’une et l’autre, ce sont les corps qui nous parlent. Leurs représentations prennent le parti de la douceur avec calme, délicatesse et détermination.

Dans l’une et l’autre, la forme est poétique, allusive sans occulter la vive rudesse du réel.

    

      Enfin, une de mes réalisations dans le "Parcours de sculpture" sur le thème de la chaise avec les autres membres du collectif : Victor Caniato, Brigitte Dykman, Jacques Drouin, Jean Guy Paquet, Catherine Perrier.

Texte pour "Miserere":

Miserere - 30 x 40 cm - 6 pièces murales - techniques mixtes 
 Ici des soleils acides explosent nos cœurs.  Des lunes faméliques laminent nos esprits.  La terre est devenue un ventre vide que l’acier occupe.   Là bas peut être ? Crois-tu que là-bas le ciel est ouvert ?  Gardons au fond d’un sac un mouchoir et quelques coquillages.  Un peu de sable dans la poche d’une chemise élimée.   La mer emporte ou absorbe.  Ses entrailles salées expulsent le rugissement des chimères. La mer rejette sur des grèves glacées ses âmes désolées.  Miserere…ayez pitié de nous !

 

Texte de Catherine Perrier pour "Une infinie tendresse"

Pas de bruit. Seulement le silence.

L’histoire d’un silence.

Celui de ces petites morts.

Celui de ce ces petits corps.

A la fois minuscules et immenses.

A la fois périssables et intemporels.

Tellement humains.

Ils nous transmettent une infinie tendresse.

C’est elle, la tendresse, qui les transcende.

En les berçant, elle les enchante.

Fragiles, ces petits corps semblent avoir été déposés là

avec la délicatesse et la préciosité d’un orfèvre

dans une scénographie méticuleuse.

Ils semblent aussi garder l’empreinte et la chaleur de la main

qui les a accueillis.

Le temps ne s’est pas arrêté.

Il s’est simplement suspendu.

Entre la douceur feutrée et l’angoisse du doute.

Entre la vie et la mort.

Le temps retient son souffle.

Juste le temps de la contemplation.

 

 

 


Voici le court métrage de 22 minutes réalisé à partir de mon livre « L’homme perdu ».

 
Sur une idée originale de Patrice Giorda (giorda.fr)
Adaptation : Christine Célarier et Patrice Giorda
Réalisation : Gilles Framinet (gillesframinet.fr)

« L'homme perdu de Christine Célarier revisite les dernières années de la vie  du père  de l'auteure atteint de la maladie d'Alzheimer. Ce retour en arrière la conduit plus loin sur ses années d'enfance et plus loin encore sur l'enfance de son père. A la biographie se mêle l'autobiographie façonnant toutes 2 un récit sur l'identité. »
P. Giorda

Le livre est disponible sur demande via ma messagerie.

À partager librement si le cœur vous en dit.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SEPTEMBRE 2016

PARUTION DE MES TEXTES CHEZ LITTERATURE MINEURE

 

Pour commander le livre de ces textes aller sur le site : litteraturemineure.bigcartel.com

 

 

A l'occasion de cette exposition édition d'un livret

Avec un texte de Laurence Nobécourt

- éditions Voix d'Encre -

 

(en vente à la Galerie Atelier 28 à partir du 17 mars et depuis mon site via la messagerie)

Affiche et carton d'invitation prochaine exposition

Toutes les informations sur le site de la Galerie : www.fermedelachapelle.ch