40 DESSINS

ou

« L’espace réduit à un pur lieu de mémoire » G. Didi-Huberman

 

Le dispositif mis en place :

 

A partir de la réalisation d’une première série de 8 dessins de 20/30 cm …

Deux petits cadres en argent trouvés sur un marché aux puces en Sicile sont à l’origine de cette première série de 8 dessins.

Ces cadres reproduits imposent d’emblée une règle simple et renvoient inévitablement à la question récurrente du cadre dans l’histoire de l’art.

Ici, il s’agit de garder cette notion de délimitation d’un espace retreint, contraignant qui paradoxalement ouvre des pistes de réflexion, des jeux d’association, des déclinaisons infinies. Et aussi des échappées irrésistibles.

Le dedans et le dehors sont strictement séparés, cloisonnés mais aussi entremêlés, créant des interférences. Dans et/ou hors champ.

Quelques références picturales viennent s’inviter dans ces dessins : la « Lamentation sur le Christ mort » et le Saint Sébastien de Mantegna, la « Marguerite d’Autriche » de Van Orley surplombant un dormeur…etc.

Enfin, il s’agit aussi de continuer d’explorer les processus engagés dans le principe de la série.

 

Puis par le jeu des agrandissements ou des diminutions de ces 8 dessins…

A l’issue de cette série et sans qu’il y ait eu préméditation, une piste de recherche s’est alors imposée.

Des règles de fonctionnement ont été choisies : augmenter et diminuer la taille du dessin initial par des moyens de reproduction mécaniques sur papier dessin. La reprise s’appuiera donc sur le dessin initial  reproduit (agrandi ou diminué).

5 étapes sont réalisés pour les 8 dessins aux formats suivants : 5/7cm – 10/15cm - 20/30cm  – 40/60 – 75/110cm.

Le dessin initial se situe donc au centre du dispositif diminution/agrandissement.

 

Dans son nouveau format chaque dessin est repris, retravaillé…

Malgré le changement d’échelle, chaque image est retravaillée avec les mêmes outils, crayons papier, crayons de couleur.

Seule la découpe et/ou le collage s’inviteront comme moyens supplémentaires.

 

Agrandir encore serait une possibilité à associer nécessairement à un lieu d’exposition précis permettant cette 6eme étape ou plus…

 

 

Le  postulat de départ :

 

Expérimenter, éprouver et travailler les implications générées par les changements d’échelle d’un même dessin reproduit.

 

Les questionnements mis en œuvre :

 

Quel rapport à l’espace s’en trouve modifié, changé ?

Sa reproduction agrandie ou diminuée engage-t-elle une autre manière d’appréhender l’espace du dessin ?

 

Quelles conséquences sur la « prise en main » du nouveau format, sur cette nouvelle mise au travail, quelles sont ses implications tant du point de vue gestuel, graphique, formelle, structurelle, de composition, thématique…

 

Qu’est ce qui sera perdu, trouvé, découvert, dévoyé ou amoindri, renforcé… ?

 

Qu’est ce que le blanc, le vierge de toute trace, cette mise en réserve, ce « vide », ce « rien » dans l’espace de la feuille?

Quelles influences ou interactions entre le « travaillé » et le blanc.

Cette matérialité visible du support laissé dans sa forme originelle prend-elle une place… un espace qui fait sens ?

 

Quelles incidences sur la perception et/ou compréhension du dessin, le regard porté sur… ?

Quels échanges s’opèrent entre les 5 opérations de changements d’échelle d’un même dessin ? 

Quelles incidences sur le ou les contenu(s), le ou les sens. Changement de sens et/ou renforcement de sens?

 

Qu’est-ce qu’une image?

Qu’est-ce qui est donné à voir ?

Quelle narration, quelle symbolique peuvent être à l’œuvre ?

 

Qu’est ce qui n’est pas saisi donc invisible pour qu’une métaphysique soit possible (G. Huberman) ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 exemples au format 5x7cm

6 exemples au format 110x80cm

6 exemples au format 60x40cm

6 exemples au format 20x30cm

6 exemples au format 10x15cm

Les 5 séries dans le désordre avec 6 exemples pour chacune sur les 8 dessins